0

De la vie à la mort, une histoire sur le deuil

3ème partie

La délivrance

Share the joy
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Share

« Mon père est toujours vivant»


Les questions de son fils sur le grand-père perturbent Lara. Après avoir discuté avec son mari, ils prennent la décision de profiter de ces vacances d’été pour expliquer à Fabien ce qu’il doit savoir.

Un séjour pour quelques temps dans la maison natale de Lara serait- elle bénéfique ? Fabien et Lara sont arrivés très tard dans la nuit. Ils se mettent tout de suite à dormir. Le lendemain, au réveil, Lara prépare tout ce qu’il faut pour le petit déjeuner.
Au milieu de la matinée, se réveille Fabien.

- As-tu bien dormi mon enfant? demande sa mère

- Très bien maman. Ah c’est ton lit, là-bas, un peu plus grand que le mien.

- Oui, je te dirai pourquoi il est très grand. Allons dehors prendre le petit déjeuner. Tout est prêt. Assieds-toi.

- Maman ? ce n’est pas comme chez nous. Nous avons une terrasse dans la cour. Qui l’a faite?

- C’est ton grand-père.

- Comment l’a-t-il fait puisqu’il est vieux.

- Non. Cette maison est à son père. Quand il l’a hérité c’est au moment où il allait se marier.
- Il s’est marié ici.

- Oui avec ma mère. Il voulait faire un cadeau à ta Grand-mère. Alors il a eu l’idée de faire cette terrasse.

- Moi aussi, je ferai une terrasse ?

- Non, tu n’es pas obligé. Tu fais ce que tu veux.

- Grand-père a beaucoup travaillé. Mais moi je veux aller jouer maintenant.

- Tu vas jouer tout à l’heure. Mais il faut se doucher d’abord.

toujours vivant

«Comme quoi l’innocence des enfants aident aussi les adultes. »


Dans ce premier temps, la question a été imprévisible. Lara n’a pas hésité. C’est sorti instantanément : « la terrasse, qui l’a faite ? C’est ton grand-père, dit-elle ». Comme quoi l’innocence des enfants aident aussi les adultes. Tout d’un coup Lara comprend qu’elle ne peut plus esquiver les questions de son enfant. Lara montre à Fabien la douche.

- Je peux brosser tout seul mes dents, maman.

- C’est vrai, tu n’es plus petit.

- Maman, nous n’avons pas de baignoire ici. Grand-père aurait dû en construire comme la terrasse.

- Autrefois, il y en avait eu une. Mais grand-père l’a enlevée.

- Mais pourquoi ?

- Tu vas brosser les dents maintenant.

- Mais je ne peux pas me doucher ! Pourquoi n’y a-t-il pas de baignoire ? Dis- moi.

- Parce que Grand-père l’a enlevé. Cela la gênait quand il revenait de la ferme. C’est plus rapide comme ça il y a assez d’espace.

- Mon Grand-père est toujours pressé en revenant de la ferme ?

- Oui et non. C’est difficile d’être fermier.

- Je vais me brosser les dents. Tu m’expliqueras après.

montrer

"Dommage que Grand-père n’est pas là. Il pourrait montrer comment faire".


Dans l’après-midi, tous les deux font le tour de la ferme. Des amis habitent le même terrain qu’eux et s’occupent de l’entretien de l’environnement et de la maison. Lara et Fabien visitent l’ancienne étable.

- Viens regarde, dit Lara. Tous les matins, je viens ici voir mon père avant de partir à l’école. Il est très matinal, car il faut traire les vaches.

- Comment fait-il ? Debout ou assis ?

- Il a un tabouret qu’il laisse ici en permanence. Il l’utilise souvent. Il ramasse le lait dans un grand seau. A l’époque, la technologie actuelle n’a pas vu jour. Maintenant c’est la machine industrielle.

- Dommage que Grand-père n’est pas là. Il pourrait montrer comment faire.

- Mais il n’y a plus de vaches !

- Plus de vaches, plus de Grand-père car il est en voyage.
Lara ressent un pincement au cœur mais s’efforce de cacher sa douleur.
- Dis maman, Grand-père a-t-il porté des jeans comme les cow-boys ? Comme dans les films ?

- Pas toujours.

- Et ça, qu’est-ce que c’est ?

- C’est son tablier. II le met tous les jours pour se protéger de la saleté.

- Passe-le-moi maman, je vais le regarder. Qu’il est grand. Il a un gros ventre, hein ? c’est vrai ? Attends maman, je vais rentrer dedans.

- Non laisse.

- Si, si je vais essayer. Je vais faire le fantôme. Ouh ouh comme dans les films.

- Partons maintenant.

- Tu as peur maman, Je ne fais que m’amuser. Ouah

- Ouah, allons ? Allons ailleurs, dit Lara.

"La parole est libératrice".


En fin de journée c’est le repos et écoute de la musique.

Le premier jour a été épuisant pour Lara. Elle craint toujours la question sur son père. Mais cela lui a permis de trouver une piste. Elle se dit qu’il va falloir qu’elle vive bien et non rester dans cette inquiétude – « Je n’ai pas eu la force de parler à mon enfant que son Grand-père est mort ».

Tout au long du séjour, Lara fait un progrès inattendu. Elle raconte dans les conversations comment est son père. Cela est venu petit à petit : son travail, ses loisirs, ses saut d’humeur, son projet de quitter la campagne lorsqu’il sera à la retraite. Elle a même trouvé les mots comme si son père est encore là. Les souvenirs de sa campagne natale l’ont aidée. Elle même se sent soulagée. Elle s’est rendu compte que :

- Tout deuil est difficile car on ne peut pas oublier un être aimé. Que celui-ci est toujours vivant dans notre cœur.

- Qu’il y a un temps où l’on se sent blessé profondément.

- Que le temps nous donne une chance de revivre et de se faire aider.

- Que la parole est libératrice.

- Qu’il n’est pas nécessaire de bousculer.

- A force de parler du Grand-père, Fabien s’est senti heureux. Il n’a presque plus posé de questions. Ce temps passé à la campagne a été favorable pour Lara de se préparer à dire la vérité.

Lorsqu’ils ont été de retour à la maison, Fabien dit ceci à son père :

- Avec maman j’ai fait de belles balades. Un jour, j’ai fait peur à maman. J’ai joué une fois au fantôme. Elle n’a pas aimé.

- Est-ce qu’elle t’a puni dit le père.

- Non, mais elle m’a amené partout où il y a des choses de Grand père. Celui-là lorsqu’il reviendra je lui dirai que je sais tout.

- Très bien si tu sais tout, mon petit.

Lara écarquille les yeux. Elle n’a encore rien dit à Fabien.

Le soir, elle en parle à son mari.
v D’un côté : Ils décident d’aller voir un psychothérapeute pour voir comment aborder le sujet à Fabien maintenant qu’il connait l’histoire de son Grand-père. De plus Lara a failli transférer son peur à son enfant. Mais maintenant elle se sent mieux.
D’un autre côté Lara a compris que son père malgré sa disparition est toujours vivant dans son cœur. Qu’il est même important d’en parler à d’autre cette relation plein d’amour entre une fille et son père.

Les enfants aussi ont le droit de savoir. Mais chacun a des réactions différentes concernant un événement dans sa vie. Alors il faut avoir de la délicatesse, ne pas brusquer, mais ce n’est pas toujours évident. Si possible, il est intéressant de se faire aider que de porter un fardeau tout seul. Pendant quelques mois, le couple a rencontré un psychothérapeute. Celui-ci les a conseillés de participer à un groupe de paroles qu’ils ne sont pas seuls par rapport à leur situation. La démarche parait longue mais c’est aussi vital. C’est à partir d’un livre de conte que Fabien a lu que les parents ont abordé la question pour parler du non-retour du Grand-père. Cela a été complexe ? dit le père mais le psychothérapeute nous a fait comprendre la valeur des mots que nous disons. Une porte s’est ouverte pour ne pas garder le secret.

Les recettes n’existent pas mais les échanges avec des personnes de confiance font avancer dans la vie.

deuil partie 3

Fin....

Lin LAY

Lin LAY

Lin Lay est une femme qui a travaillé dans l'accompagnement des personnes en fin de vies. Elle intéresse à la Psychologie, au développement personnel et à la Spiritualité.

Pour aller plus loin:

sur le chagrin et le deuil

Elisabeth Kubler-Ross

La vie après la vie

Raymond Moody
la vie après la vie
7 bonnes raisons de croire à l'au-delà

Les 7 Bonnes raisons de croire à l'au-delà

Dr Jean-Jacques Charbonier